Albane fait ses classes


Nous en sommes au 3e tour du Gainbridge LPGA à Boca Rio, et Albane Valenzuela reste bien dans le coup, après un cut (+1) passé en rendant 75 et 68. Avant le 3e tour, elle occupait une 34e place en compagnie de la thaïlandaise Mind Muangkhumsakul, autre « rookie » sur le LPGA Tour qualifiéee par une bonne saison Symetra 2019. Les débutantes « rookies » se font remarquer, huit d’entre elles passant le cut. On notera aussi la qualité du champ des 108 joueuses d’où se signalent de grands talents menés par la suédoise Madelene Sagström, auteure d’un retentissant 62 au second tour pour prendre la tête à -10 devant une Carlota Ciganda sur 64 à un coup.
Au 3e tour, Albane part sur un par bien mis au No 1. Il est 17h00 en Suisse. On retrouvera sa carte à la sortie.
Avant de boucler cette première étape de la carrière d’Albane qui a maintenant rendez-vous en Australie au ISPS Handa Vic Open (6.02), puis au ISPS Handa Women’s Australian Open (13.02), vilipendons l’organisation du tournoi de Boca Rio qui, tout en étant très accueillante, pêchait par son organisation dans le détail. Par exemple, la faiblesse irréelle de la communication WiFi posant de gros problèmes à tous ceux qui en avaient besoin, media compris, certains venant de bien plus loin que West Palm Beach… Sauf erreur, la presse suisse n’était pas en surnombre.
Heureusement, ce n’est pas ce que Mike Whan, boss de la LPGA, offre au Ladies European tour en cadeau de mariage. Avec lui et une société étudiée pour, le circuit féminin européen, qui vivait à reculons depuis des années, ne permettant pas au plus grand nombre de ses membres d’en tirer un revenu décent, affiche maintenant une dotation globale de 18’000’000 euros et 24 tournois dont 15 disputés en Europe, une prime de 250’000 dollars à partager entre les trois meilleures de la saison, et un nouveau rendez-vous qui fera causer. ‘est l’Arabie Saoudite qui l’accueille et le dote de €1,5 million. Quant au « dress code » de ces dames…

Autour de Mike Whan qui prend les rênes du nouveau LET, on note Marta Figueras-Dotti, grande dame du golf, Catriona Matthew, capitaine du Team Europe détenteur de la Solheim Cup, Keith Pelley, patron du European Tour, Martin Slumbers, le CEO du R&A, et le retour d’Alexandra Armas à la direction du LET, un job déjà exercé quand le golf féminin était sous l’éteignoir. Ces passionnés, plus quelques autres, ont travaillé sans souffler pendant 90 jours pour livrer ce calendrier qui n’est pas encore clos. En ce moment à La Manga, en acquisition du droit de jeu LET 2020, les vingt futures appelées n’auront pas fait le voyage pour les pâquerettes d’antan, ce que la petite délégation suisse menée par les soeurs Kim et Morgane Métraux a bien noté. PPH