Millésime 2015 séducteur en Médoc (suite)


Entre chênes centenaires et vignobles émilionnais

Depuis son inauguration en octobre 2015, le Grand Saint-Emilionnais suscite toujours l’intérêt des cercles du golf . Le soufflé ne retombe pas, réjouissant Gaëtan Mourgue d’Algue et sa famille, propriétaires totalement dédiés au succès programmé, promotion immobilière comprise.    
F comme fétuque, une herbe traditionnelle de grands parcours dans le monde. Rare en France, elle est omniprésente au S.E. offrant un gazon dense et coloré aux larges fairways comme aux greens ondulés sans excès. Son arrosage dosé est uniquement assuré par l’eau de pluie en attente dans deux grands bassins qui se mêlent au jeu aux 9 et 10, deux trous éloignés du club-house, ce qui n’est pas rédhibitoire. Quelques rus iconoclastes pimentent la difficulté de certains trous comme la trentaine de bunkers, donc pas nombreux, mais si bien disposés. Dès lors, commence une aventure dont le visiteur ne se doute pas au départ du No 1 si largement accueillant. Il comprendra, graduellement que la difficulté d’un parcours ne passe pas forcément par 7’000 mètres infernaux, leçon à retenir.

Arrivée au No 18 (Par 5, 479 mètres). Haletant!

Sur ce par 72 de 6’186 mètres, enserré entre chênes centenaires et vignobles, avec quelques échappées belles sur un détail du Château de Montaigne au No 5, ou un aperçu de la vieille église romane de Cardegan au No 16, le visiteur sort tous ses clubs, chaque trou lui proposant un choix varié d’attaques. Arrivé sur les avant-greens bien denses, il hésitera entre son putter ou un fer 8 pour un « bump and run » à l’écossaise. Puis, il lui faudra assez de jugeote pour décoder la bonne ligne de ses putts sur d’excellents greens dont tenue et vitesse sont les points communs. Le tout est placé, pour les messieurs comme pour les dames, sous un dénominateur commun: le plaisir de jouer un parcours où les trous font preuve de caractère et les redites inexistantes, ce que l’enchaînement 10, 11, 12 illustre bien à la façon d’un fameux Amen Corner…

Ca plaira et ça plaît déjà, disent les 190 membres, à mi-chemin du nombre souhaité. Ils arrivent en voiture de Libourne (30 minutes) ou de Bordeaux (60 minutes), et des châteaux voisins. Les distances en voiture ne semblent pas être un blocage, peut-être l’effet d’une cotisation annuelle très raisonnable , sans aucun droit d’entrée. Le joueur de passage règle un green-fee de 85 à 105 euros selon la saison (practice, balles et chariot compris) et, mis en place avec le Golf du Médoc Resort, le Signature Golf Pass s’avère être un bon pourvoyeur de visiteurs. Cela suffit-il au club pour présenter des comptes d’exploitation positifs, amortissements compris? Non, pas encore, bien entendu.  A ce sujet, dans le programme initial, un gros chapitre était ainsi dédié à une promotion immobilière attenante au club, très qualitative avec onze grandes villas individuelles pour commencer.

Immobilier, vues imprenables

C’est le cas le plus souvent, le produit d’une telle commercialisation est destiné à équilibrer les comptes de la construction du golf dont la réalisation est le support principal d’une telle opération. L’ouverture du parcours souvent reportée, associée au résultat décevant de la vente immobilière dû au grand coup de froid de l’économie mondiale ces années passées, obérait le porte-monnaie du S.E. Golf Club au grand dam des Mourgue d’Algue plus unis encore pour faire face à la situation.

Aujourd’hui, Kristel dirige le club avec une passion de jeune fille, assistée de Philippine, sa belle-sœur, tout autant bardée de titres clubs en mains. André, qui a collaboré aux Etats-Unis avec plusieurs grands aménageurs de resorts, s’occupe dorénavant de revivifier la promotion immobilière du « Domaine Golfique du Grand Saint-Emilionnais (appellation d’origine contrôlée…) » dont le revenu est quasi-vital, en association avec un spécialiste renommé de ce métier. Sont au programme la révision du plan de masse, du cœur du village et la création de plus petites surfaces à des prix mieux équilibrés pour leur vente, le tout s’inscrivant à plus long terme, suivant l’exemple des dix ans vécus par le Médoc Golf Resort pour sa réussite.

En toute convivialité

Bientôt au programme d’un budget conséquent,  la réalisation du club-house très attendu à bâtir sur les ruines d’un vaste corps de ferme du 19e dominant toute la propriété. Le jour de son inauguration, les habitués de la première heure auront un coup de blues quand l’annexe vêtue de vieilles pierres, aujourd’hui à la fois desk d’accueil, bureau de direction, 19e trou, table gourmande, pro-shop, terrasse ensoleillée, rendra ses clés. C’est ici que nombre d’idées ont germé pour créer et aménager le parcours. C’est ici que membres et visiteurs vivent un plaisir renouvelé à la sortie du No 18 en analysant le score rendu sur un beau parcours dont le slope varie de 129 à 149 selon les départs choisis, deux chiffres qui donnent du sens au 76, étonnant record des tees arrières. Il est fait pour être battu, mais il faudra être plus malin que les astuces posées par Tom Doak, en laissant d’abord un brin de puissance au vestiaire.

Certains parcours de Tom Doak étant distingués par le classement mondial de tel ou tel magazine ou site spécialisé, tout subjectif qu’il soit, qu’en sera-t-il du S.E. Golf Club? Avant tout, il s’agit de prendre patience, travailler et travailler encore chaque détail du parcours, redresser les erreurs ou les faiblesses qui ne manqueront pas d’apparaître avec le temps. C’est pratiquement le cas de tout nouveau parcours, forcément le plus beau pour sa direction ou ses membres. Pour autant, entrerait-il dans un Top 100 européen, voire mondial où les places sont bien occupées. S’assurer une bonne place dans les plus beaux de France est une performance. Pour faire mieux encore, il s’agirait aujourd’hui de remplacer un membre du Top 10, à choix, Morfontaine, Les Bordes, Chantilly, Fontainebleau, Vidauban, St. Germain, Terre Blanche (Château), Médoc (Châteaux),  National (Albatros), Les Aisses… Tâche ardue, semble-t-il, mais pourquoi pas.

Une allure de Sunningdale ou du Royal Berkshire

D’ici là, golfeuses et golfeurs apprécieront toutes les attentions qui leur sont dédiées par Kristel et Philippine: composition agréable de leur flight, compétitions aux remises de prix immédiates, rencontres sur six trous, et diverses animations. Et bon sang ne sachant faillir, elles se sont aussi données une mission d’importance, inculquer le goût du golf aux jeunes de Saint Emilion et alentours. On ne se refait pas chez les Mourgue d’Algue… PPH

https://www.youtube.com/watch?v=l5CDi5JNsgI[/embedyt