Une vie, une voix


Renton Laidlaw, Past President, AGW
(Photo Getty)

Ecossais bon teint, Renton Laidlaw, exceptionnel connaisseur et présentateur du golf, a quitté les fairways de ce monde. Il était un solide pilier sur lequel le golf, européen en particulier, s’est donné une quatrième dimension, pas la plus voyante, mais bien efficace. Devenu “junior reporter” en 1957, passé par “the Edinburgh Evening News”, il entrait plus tard dans l’audio-visuel, devenant la voix que les britanniques attendaient à la radio (BBC) et à la télé (Sky Channel, ex BSB), pour leur décrire, entre autres, le Masters quarantaine-deux fois, avec toutes ses connaissances et son humour, à la mesure d’un Peter Aliss, la sympathie en plus.

Très écouté dans les coulisses des directoires du golf, sans la moindre compromission, il avait rejoint l’Association of Golf Writers en 1963, groupe professionnel très fermé (aujourd’hui, bien moins) dont il devenait l’âme et l’animateur principal jusqu’en 2015.

Warren Humpfreys,  Ken Brown (Getty Images)

Pendant tout ce moment de vie, couvrant 58 “British” Opens parmi ses 165 majeurs, il donnait le ton de façon à ce que les R&A, USGA, PGA Tour et autres locomotives du golf mondial respectent les media et leur facilitent la tâche, contribuant en partie au succès répété des Ryder Cups..

Bon golfeur avec son index 12, Renton, plutôt petit et rond-jovial, a connu les plus grands qu’il aurait tutoyés si le “tu” existait dans sa langue, de Seve Ballesteros sur 18 trous, Arnie Palmer ou Jack Nicklaus remettant un autre Prix à ce sacré bonhomme, membre de l’USGA et du R&A dont il produisait longtemps le “Golfer’s Handbook”, la bible de tout journaliste dédié.

Renton Laidlaw avait 82 ans, vivait près de St Andrews et avait été hospitalisé, le 11 octobre, atteint par le virus Covid-19 sans que ce soit la cause de son décès. Peu après il a rejoint ses amis Seve et Arnie hier soir. Avec un tel esprit, l’éternité semblera moins long. PPH

En compagnie d’Ernie et Leizl Els à The Open
(Photo Getty)
I’ve been very lucky in that I’ve been able to work in newspapers, write books, in television, and in radio. To be able to work in all these media is quite something, but I’ve been able to somehow scratch my way through and do them all which makes me, I suppose, a wee-bit unusual. I was always delighted with my work with the Golf Channel in America, because what we were doing on there was bringing to the Americans knowledge of the European players who they really didn’t know all that well and spreading the European golf message to that market“. Renton Laidlaw

Thank you CPG for this video.