Albane, LPGA Q-Series, Pinehurst, Episode 7


“C’est donné”, dirait le partenaire devant un putt à quelques centimètres du trou. Quoique… Doug Sanders à l’Open Championship ou Scott Hoch au Masters auraient pu vous parler de ces putts immanquables à moins d’un pas d’un titre majeur. Bon. Mais Albane à -8 après son 71 (-1) sur l’avant-dernier tour, à 13 coups d’un cut provisoire recensant les 45 futures locataires de la maison LPGA Tour, l’implosion est impossible de chez impossible, sauf à se prendre les pieds dans le tapis d’une disqualification. Et puis quoi encore!
A noter qu’en huit tours à Pinehurst, Albane Valenzuela a presque tiré un birdie et un bogey de chaque trou. Une fois de plus, le “Pinehurst #9” ne s’est pas abandonné, résistant à ce plateau féminin agressif, et il faut l’être pour celles trop proches, au-dessus ou au-dessous du cut-cauchemar qui, passé ou non, donnera forcément un sens différent à leur vie.
Albane peut encore glaner un ou deux coups et passer devant Haeji Kang (-10) pour se rapprocher le plus possible de la tête du 8e et dernier tour de cet examen sans pareil. Elle est déjà Top 5, première européenne entourée de joueuses d’origine asiatique, menées par la chinoise Muni He à -19, suivie de He Young Park (-16) et Yealine Noh, sa copine de Stanford Andrea Lee (+3) étant aussi heureuse.
Tout étant une affaire de classement, demain comme aujourd’hui, plus on monte, plus les opportunités augmentent, comme les entrées sur les plus grands tournois, les invitations, les partenaires…
Céline Herbin, malgré un 75 qui la ramène à -4, peut bénir son coussinet garni aux tours précédents. A ce niveau, elle sera du bon côté avec, on le souhaite, maman Karine Icher qui, redescendue à +1 sur un 74 malvenu, jouera forcément le 8e et dernier tour la boule au ventre, sa marge sur le cut éliminatoire étant des plus justes. PPH