Sur le tapis vert de toutes les exagérations


Trou No 18, Sheshan Int’al Golf Club (Photo Ben Jared)Dans les alentours de Shanghai, Sheshan International est l’un de ces aménagements monstrueux que la puissance financière dédie au golf et qu’on ne trouve que dans le sud-est asiatique. Cela frise l’outrance. C’est géant quel que soit le détail étudié. Les émiratis supportent à peine la comparaison. Mais ça a l’avantage de pouvoir héberger les plus importants championnats qui soient, surtout quand ils surfent sur une vague de sponsors pour qui le million n’est qu’une unité de comptage annexe au poste “Divers” du budget. Les douze unités de celui du European Masters font alors figure de pourboire.
Quel que soit le chiffre, si les sponsors changent de nationalité, ils ont les moyens de l’autosatisfaction, leur point commun. Coréenne pour les dix millions de la CJ Cup à Nine Bridges (Jeju Island), anglo-chinoise pour autant au HSBC Champions à Shanghai, très chinoise quand le rendez-vous est donné par la famille Chu à Mission Hills et ses douze parcours, mais encore malaisienne, thaïlandaise, singapourienne… Bien plus qu’ailleurs et que les tournois majeurs qui connaissent une autre qualité de statut, les millions volent en escadrilles. Personne ne s’affole. Les images successives des quinquennats animés, en chapelet, par les McIloy, Woods, Montgomerie, Ballesteros, font le tour du monde pour mettre les images de marques en avant, bien entendu aussi là où elles ne sont pas distribuées. Tout ce qui s’y amarre se voit plus vite reconnu. Les chiffres d’affaire sont prêts à bondir. Les pros sont défrayés. Les agents se récompensent sur le dos des organisateurs qu’ils ont aidé à composer un plateau assez convaincant pour aussi faire du tournoi le plus beau qui soit, au moins sur le papier, le tout à des années-lumière de la moindre notion de respect, ce dont peut malheureusement témoigner le grand, distingué, classique, vénérable, traditionnel, historique Open de France, hier millionnaire, largué comme une déjection par ses sponsors les plus fidèles pour des raisons qui n’ont qu’une relation annexe avec le golf  qu’on aime.
Donc, des millions en veux-tu, en voilà en Asie Pacifique, dont une partie pour faire jouer à Shanghai le HSBC Champions du mini-circuit World Golf Championships qui, en principe, ne devrait réunir que des cracks, raison de mon déplacement. Avec Jordan Spieth, Rory McIlroy, Justin Rose, Phil Mickelson, on a aussi vu en prime des Jason Kokrak, Christiaan Bezidenhout ou Chan Kim (oui, moi aussi j’ai dit qui?).

Tbe Dunes

The Woodlands

Heureusement, ce déplacement me réservait la surprise de la découverte du Lanhai Resort, totalement à l’opposé des gros sabots de Sheshan International, alliant simplicité d’accueil, club-house aux dimensions ahurissantes (forcément, c’est la Chine) et deux parcours de Jack Nicklaus.
Le Woodlands fera plaisir à tous ses visiteurs selon les tees choisis. “The Dunes” est un superbe links encore trop récent pour faire le buzz, mais déjà destiné à de gros rendez-vous, le tout animé par Joey Garon, secrétaire général et calme américain façon Louisiane, passé par PGA West ou le Doral et, plus récemment par Shanqin Bay (Hainan) récent parcours No 1 chinois avant que les autorités ne le défassent du No 17 pour commencer. PPH

Lanhai Golf & Country Club